L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
huawei 5G

Huawei signe 90 contrats 5G dans le monde

Si de nombreux pays interdisent Huawei pour le déploiement de la 5G, la firme a la côte dans les pays émergents.

Plusieurs grandes puissances mondiales comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis, interdisent à l’équipementier chinois d’assurer le déploiement de la 5G sur leur territoire. La France autorise les opérateurs à faire appel à la firme chinoise, mais les en déconseille implicitement.

D’autres pays, ayant de bonnes relations avec la Chine, ont également refusé de collaborer avec Huawei pour la 5G, comme Singapour où les trois opérateurs locaux ont uniquement choisi les équipementiers européens Nokia et Ericsson.

La 5G pour Huawei s’annonce alors difficile. Pourtant, le géant de la tech est accueilli à bras ouvert dans de nombreux pays émergents et a signé 90 contrats 5G dans le monde, comme le rapporte Les Echos.

Huawei s’empare de la 5G dans l’hémisphère Sud

Malgré les nombreux obstacles dont Huawei fait face pour le déploiement de la 5G dans le monde, l’équipementier est parvenu à signer 90 contrats auprès d’opérateurs de plusieurs pays.

Il s’agit principalement de pays émergents, la plupart situés sur le continent africain. Le constructeur de smartphones profite de sa présence ancienne sur ces territoires pour faire affaire avec les opérateurs locaux. A Johannesburg, l’opérateur MTN (le leader sur le continent) a déployé la 5G aux côtés de la firme chinoise.

L’accessibilité aux technologies et au matériel de Huawei aurait encouragé ces pays à laisser le géant de la tech déployer la 5G sur leur territoire.

Le Brésil et l’Allemagne encore en réflexion

Si certains pays ont déjà adopté une position anti ou pro-Huawei, d’autres ne se sont pas encore exprimés. En France, la balance penche plutôt pour l’interdiction de l’équipementier pour la 5G, mais aucune mesure officielle n’a été prise pour le moment.

En revanche, l’Allemagne et le Brésil sont encore en réflexion sur le sujet. Le voisin de la France doit donner son avis officiel d’ici le mois de septembre.

Pour le Brésil, la situation est plus complexe. Son vice-président, Hamilton Mourão, refuse d’interdire Huawei pour la 5G sur son pays :

« Notre législation est très claire : on ne peut empêcher personne de participer à la 5G. Plus d’un tiers du réseau 4G actuel possède déjà du matériel de Huawei. Si on l’interdisait, les opérateurs accuseraient des pertes, car leurs équipements devraient être remplacés. »

Hamilton Mourão, vice-président de la République du Brésil, à la presse étrangère

Mais le Président du Brésil, Jair Bolsonaro, semble rejoindre le même avis que les Etats-Unis concernant Huawei, en se méfiant des pratiques de l’Empire du Milieu. L’ambassadeur des Etats-Unis à Brasilia, Todd Chapman, a avancé qu’accepter Huawei pour le déploiement de la 5G aurait “des conséquences” pour le pays.

L’Asie de plus en plus sceptique à l’égard de Huawei

Après Singapour et Taïwan, l’Inde pourrait à son tour interdire la firme chinoise pour sa 5G. Selon Les Echos, les enchères ont été décalées en 2021, mais le département des télécommunications (DoT) indien s’opposerait déjà à la participation de Huawei pour ses premières expérimentations.

Le pays aurait donc changé d’avis par rapport au mois de décembre dernier lorsque “tous les acteurs” étaient autorisés pour le déploiement indien de la 5G. L’équipementier de Shenzhen semble ne pas arranger son cas puisqu’il compte procéder à un licenciement massif dans le pays, en supprimant près de 700 postes.

Au Vietnam enfin, l’opérateur Viettel travaille sur une solution “maison” pour contourner Huawei.

Total
11
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires