L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
android

Android 12 : les catalogues tiers seront accueillis mais tous les développeurs devront payer la commission de 30%

Google a déjà dévoilé plusieurs détails sur la prochaine version de son OS : Android 12. Les développeurs tiers pourront intégrer la plateforme mais la commission de 30% sera durcie.

Alors qu’Android 11 est officiellement sorti le 8 septembre dernier, Google anticipe déjà la sortie de la prochaine version de son système d’exploitation pour mobile.

Le géant de la tech a en effet révélé deux nouveautés qui arriveront sur Android 12 : une bonne et une mauvaise. La bonne nouvelle c’est que les développeurs tiers pourront enfin accéder à la plateforme de façon aisée. Android 12 accueillera les catalogues d’applications autres que le Play Store de Google. La mauvaise nouvelle, pour les développeurs, c’est que la firme de Mountain View a décidé de durcir ses conditions d’utilisation et imposera à tous les développeurs de payer la commission de 30% de son Play Store.

On a donc une ouverture pour tous les développeurs d’applications mobile pour le prix d’un durcissement des règles du Play Store.

Tous les développeurs seront les bienvenus sur le Play Store…

Android 12 s’annonce être une aubaine pour les développeurs d’applications tiers. Google a annoncé que son Play Store intègrera l’an prochain les catalogues d’applications en-dehors de sa plateforme, selon des informations recueillies par The Next Web.

Le géant de la tech a avancé que cela aura de nombreux avantages. Cela permettra aux développeurs de gagner en visibilité et de bénéficier d’une meilleure inclusion dans l’univers des apps mobile, en ayant la possibilité de proposer leurs produits sur le Play Store. De plus, cela offrira aux utilisateurs de smartphones Android un plus large choix d’applications, et donc une meilleure expérience d’utilisation.

android 11
Android 11

Cette ouverture viendra également rajouter un avantage concurrentiel face à Apple et son App Store, qui n’intègre pas de catalogues d’applications en-dehors de ceux des développeurs Apple et développeurs certifiés par la Pomme.

La firme n’a toutefois pas donné plus de détails concernant cette nouveauté, mais elle a tenu à souligner que cette ouverture ne mettra pas à mal la sécurité des utilisateurs.

…mais devront se conformer à la commission de 30%

Mais Google a toute une stratégie derrière la possibilité pour ses utilisateurs d’installer des boutiques d’apps autres que la sienne. La marque va généraliser sa commission de 30% sur les achats intégrés sur toutes les applications qui seront téléchargeables sur le Play Store, y compris donc celles des boutiques tierces.

Cela permettra à Google de générer encore plus de revenus sur les achats intégrés des applications présentes sur le Play Store. Car comme le rapporte la marque sur son blog, seuls moins de 3% des développeurs sont obligatoirement soumis à la commission de 30%. Plusieurs applications comme Spotify ou Netflix proposent aux utilisateurs de payer un abonnement via leur plateforme, les empêchant ainsi de devoir donner 30% de ces revenus à Google.

Mais ce paramètre changera avec Android 12, comme le rapporte The New York Times :

“Google indique que ces entreprises ont jusqu’au 30 septembre 2021 pour intégrer son système de facturation.”

The New York Times

Un changement que Google justifie par sa position dominante dans l’écosystème Android. Sameer Samat, le vice-président des produits chez Google rajoute que : “Chaque boutique d’applications sur Android est capable de décider de son propre modèle économique et de ses fonctionnalités pour les utilisateurs.”

Google la joue à la Apple

Avec cette nouvelle stratégie, la firme de Mountain View se rapproche de la firme de Cupertino concernant l’application de la commission de 30%. Cette décision devrait ne pas plaire à beaucoup d’internautes et développeurs, puisqu’Apple a été vivement critiqué dernièrement à ce sujet.

Plusieurs entreprises à la tête de nombreuses applications — telles que Match Group (Tinder), Spotify, Epic Games, Deezer, et bien d’autres — ont formé une coalition baptisée Coalition for app fairnesspour dénoncer la fameuse commission prélevée par la Pomme, jugée trop élevée et contre-productive pour les sociétés d’édition d’applications.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires