L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
antenne 5G

Les enchères pour la 5G se terminent en 3 jours et rapportent 2,8 milliards d’euros à l’État

Attendues depuis plusieurs mois, les enchères pour la 5G se sont déjà terminées ce jeudi 1er octobre. Elles auront rapporté moins de 3 milliards d’euros à l’État.

La première étape pour la 5G en France vient de s’achever ce jeudi 1er octobre. L’Arcep avait annoncé la tenue d’enchères pour l’attribution des antennes 5G au mois d’avril 2020. Mais avec la crise sanitaire, ces enchères avaient dû être décalées au mois de septembre. Elles se seront tenues du mardi 29 septembre au jeudi 1er octobre, pour une courte durée de trois jours. Le régulateur des télécoms avait prévu une limite de deux semaines pour ces enchères, mais les opérateurs se sont montrés concis et efficaces.

L’Autorité se réjouit également du montant que rapportent les enchères à l’État — elle craignait que les opérateurs ne puissent pas investir sur les déploiements futurs. Mais grâce à la rapidité du processus, le prix des blocs de 10 MHz n’a pas fortement augmenté. Ainsi, les enchères vont rapporter 2,786 milliards d’euros à l’État.

Trois jours d’enchères et moins de 3 milliards d’euros

Si une date et un montant minimum avaient été fixés, les enchères pour la future technologie de télécommunications auront été bien plus rapides et rapporté une somme convenable pour l’État. Le régulateur des télécoms avait prévu un créneau de deux semaines pour que les opérateurs se répartissent les 11 blocs de 10 MHz. Et finalement, Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free auront rapidement trouvé un accord, en seulement trois jours.

Chaque bloc avait une valeur minimale de 70 millions d’euros au départ, et le prix est monté à 126 millions d’euros par bloc à l’issue du troisième jour d’enchères. A cette somme doit se rajouter le bloc de 50 MHz dont chaque opérateur a bénéficié (un chacun) pour la somme de 350 millions d’euros. Cette somme sera réglée sur 15 ans, soit 23,33 millions d’euros par an. En comptabilisant toutes ces sommes, les opérateurs ont dépensé 2,786 milliards d’euros pour leurs antennes 5G, contre les 2,17 milliards d’euros estimés au minimum par l’Arcep.

Cette somme est toutefois bien moins importante que dans d’autres pays européens, comme l’Allemagne et l’Italie où les enchères pour la 5G ont dépassé les 6 milliards d’euros.

La répartition entre Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free

Les demandes de chaque opérateur ont évolué durant les enchères. Au départ, Orange et Bouygues Télécom demandaient 5 antennes, SFR 4 et Free 3. Puis au fur et à mesure des tours, tous les opérateurs ont revu leur demande à la baisse.

Au terme de la troisième et dernière journée des enchères pour la 5G, voici les répartitions des blocs de 10 MHz :

  • Orange : 4 blocs
  • SFR : 3 blocs
  • Bouygues Télécom : 2 blocs
  • Free : 2 blocs
OrangeSFRBouygues TélécomFree
Nombre de blocs (jour 1)5332
Nombre de blocs (jour 2)5332
Nombre de blocs (jour 3)4322
Total fréquences90 MHz80 MHz70 MHz70 MHz
Somme dépensée (en comptant le bloc de 50 MHz)854 M€728 M€604 MHz604 MHz
Évolution de la répartition des blocs de 10 MHz durant les enchères 5G

Ainsi, Orange aura dépensé 854 millions d’euros, SFR 728 millions d’euros, puis Bouygues Télécom et Free 604 millions d’euros chacun. La somme dépensée pour les blocs de 10 MHz supplémentaires sera à régler sous 4 ans, comme le rapporte l’Arcep.

La prochaine étape pour les opérateurs est le déploiement de leur réseau 5G, pour pouvoir proposer leurs premières offres 5G d’ici la fin d’année.

Tous les opérateurs, excepté SFR, ont déjà annoncé l’arrivée prochaine de leurs forfaits 5G :

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires