5G : le gouvernement refuse de reporter les enchères

Pour la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher, la France n'a pas intérêt à prendre du retard par rapport à la 5G.

5g

Agnès Pannier-Runacher a réagi aux propos de Martin Bouygues, PDG du groupe Bouygues. Celui-ci demandait il y a quelques jours de reporter les enchères de la 5G de plusieurs mois, estimant que ce réseau de cinquième génération n’était pas une priorité en France en raison de l’épidémie du Coronavirus.

“Les enchères, qui devaient avoir lieu ce printemps, ont été reportées à juillet ou septembre. Je pense qu’il faut être pragmatique : la situation du pays, qui se relève avec difficulté d’un terrible cauchemar sanitaire humain et économique, commande de repousser de quelques mois supplémentaires l’attribution des fréquences 5G” déclarait Martin Bouygues dans une interview au Figaro le 22 mai.

Le président de l’autorité de régulation des communications (ARCEP) Sébastien Soriano, avait alors réagi en expliquant qu’il n’avait pas reçu de demande de la part de Bouygues Télécom : “je ne dispose d’aucune note d’analyse de l’entreprise en faveur de ce report”. Selon lui, le calendrier d’attribution des fréquences 5G sera fixé en juillet ou septembre.

Le gouvernement ne souhaite pas reporter les enchères

Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, n’est pas du même avis que le PDG de Bouygues Télécom. Selon elle, la 5G est une priorité surtout dans ce contexte de crise économique. Elle a répondu hier à la demande de Martin Bouygues sur BFM TV :

“On va regarder ça de très près mais je ne suis pas totalement convaincue par les arguments qui sont déployés”.

Agnès Pannier-Runacher

Pour la secrétaire d’Etat, il faut maintenir le calendrier d’attribution des fréquences 5G pour favoriser la reprise d’activité au sein des entreprises. “Je suis très vigilante sur ce qu’il se passe à l’étranger et j’observe que la 5G, ça a été un élément assez important de la Chine pour lutter contre le Covid. (…) J’observe également qu’un certain nombre de pays. Que ce soit aux Etats-Unis, que ce soit en Asie, jusqu’en Nouvelle-Zélande ont accéléré leur déploiement de la 5G parce qu’ils pensent que c’est un élément de réponse à la crise et notamment pour soutenir les entreprises et leur donner de la compétitivité additionnelle” explique-t-elle sur BFM TV.

“Faisons attention à ne pas prendre du retard et à ne pas se retrouver dans la situation que l’on a déjà vécue plusieurs fois en France où on veut être plus intelligent que tout le monde et à la fin, on est surtout en retard sur le reste de la compétition”,

a ajouté la secrétaire d’Etat.

Pour rappel, les enchères étaient prévues pour le 21 avril de cette année, puis avaient été repoussées à fin juillet ou septembre par l’ARCEP.