L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
Mark Zuckerberg

Facebook : le réseau social avoue avoir copié ses concurrents chinois

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, s’est prononcé sur ses stratégies douteuses et a avoué avoir copié ses concurrents chinois.

Le temps n’est pas au beau fixe pour le plus gros réseau social du monde. Cibles de plusieurs enquêtes, Facebook et ses algorithmes ne passent pas inaperçus pour l’Union Européenne, le Comité d’enquêtes antitrust et la Chambre des Représentants des Etats-Unis.

Cette dernière mène en ce moment des actions pour mettre en exergue le réel pouvoir et les éventuels abus des plus grosses entreprises du monde, dont Facebook et Amazon.

Le dirigeant de Facebook a répondu à plusieurs questions, lors d’une visioconférence avec les deux instances américaines, concernant sa position sur la concurrence et surtout ses relations avec le marché chinois, comme le rapporte le média Tech Crunch, et relayé par le Journal du Geek.

Facebook avoue avoir copié des réseaux sociaux chinois

Dans son entretien avec le Comité d’enquêtes antitrust et la Chambre des Représentants des Etats-Unis, Zuckerberg avoue s’être inspiré de ce qui marchait chez ses concurrents chinois pour l’intégrer à ses plateformes.

« nous avons certainement adopté des fonctionnalités que d’autres avaient lancé, avant nous. »

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, dans son entretien

En effet, de nombreuses fonctionnalités présentes dans l’écosystème Facebook illustrent parfaitement cette accusation. On note l’arrivée des Story sur Instagram et Messenger, directement inspiré de Snapchat, et plus récemment l’arrivée de Reels sur Instagram, une copie conforme de ce que TikTok propose.

Reels Instagram
La fonctionnalité Reels sur Instagram / Source : Instagram

Jusque là, rien d’alarmant. En effet, la copie d’autres fonctionnalités est assez commune dans le marché des réseaux sociaux. Comme l’évoque la source, le réseau social chinois RenRen a repris quasiment à l’identique les plateformes Tumblr et Pinterest pour son propre compte.

Une stratégie pour mieux acheter ses concurrents

Si la copie de fonctionnalités d’autres réseaux sociaux inquiète peu les élus américains, l’objectif derrière cette copie les préoccupe davantage.

Lors de l’entretien, Pramila Jayapal, élue démocrate et membre du Comité d’enquêtes antitrust, n’a pas hésité à remonter en 2012 pour ressortir les échanges de mails entre Zuckerberg et l’ancien patron d’Instagram Kevin Systrom. Ce dernier annonce avoir reçu des menaces de la part de Facebook afin de forcer la vente de son réseau social à la marque de Zuckerberg.

L’élue démocrate avance alors que Facebook mène cette stratégie de copie pour pouvoir forcer la main à d’autres réseaux sociaux et ensuite les acheter.

Le patron de Facebook dément cette accusation, comme le rapporte The Verge : « J’ai toujours attesté que Instagram était un concurrent pour nous, dans le secteur du partage de photos mobiles. (…) En nous rejoignant, Instagram est certainement passé d’un concurrent à une application que nous pouvions améliorer et populariser auprès d’un plus large public. »

Facebook vs TikTok

La prochaine victime du réseau social serait son nouveau concurrent chinois : TikTok. Selon son PDG Kevin Mayer, dans un communiqué partagé par Gizmodo, Facebook aurait lancé Reels sur Instagram uniquement pour affaiblir son réseau social aux Etats-Unis.

« Le faux patriotisme de Facebook a pour but de mettre un terme à notre existence aux États-Unis »

Kevin Mayer, PDG de TikTok, dans un communiqué.

Cela laisse fortement penser à la même stratégie menée avec Instagram en 2012, ayant abouti au rachat du réseau social par Facebook.

Mark Zuckerberg va plus loin en estimant que la Chine est une ennemie pour les Etats-Unis et pourrait porter atteinte aux valeurs de tolérance et d’ouverture du pays de Facebook. Il poursuit lors de son entretien : “Je crois qu’il est important, pour maintenir les valeurs d’ouverture et de tolérance qui ont fait la force de l’économie numérique américaine, d’accueillir les opportunités qui s’ouvrent à elle ailleurs dans le monde.

Si pour Facebook sa stratégie est entièrement défendable, elle l’est moins pour Pramila Jayapal. Cette dernière voit l’intention de Facebook de dominer le marché comme une pratique commerciale qui ne peut être considérée comme normale. Selon elle, Facebook espionne ses concurrents avant de les copier pour, à terme, les racheter ou les faire tomber.

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires