L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
instagram logo app

Instagram conserve et utilise les données biométriques de ses utilisateurs

L’application de partage de photo de Facebook est accusée d’exploiter la reconnaissance faciale de ses utilisateurs. Une enquête a été ouverte.

Le groupe Facebook fait l’objet d’une nouvelle affaire judiciaire. Cette fois-ci, c’est son application Instagram qui est concernée.

Et pour cause, l’application de partage de photos est accusée d’exploiter les données biométriques de ses utilisateurs pour aider sa maison mère à la création de “modèles de visage. Cette affaire concerne plus de 100 millions d’utilisateurs selon iPhoneSoft.

Facebook se retrouve encore plus dans une situation délicate car l’enquête révèle que le réseau social partagerait en totale discrétion les données et informations récoltées à des partenaires tiers. Le groupe Facebook fait ainsi une nouvelle fois les frais d’accusations très graves. Une enquête a été ouverte.

Facebook exploite les données des utilisateurs pour renforcer ses capacités de reconnaissance faciale

Dans une plainte déposée au tribunal d’État de Redwood City aux Etats-Unis, près de San Francisco, l’application de Mark Zuckerberg est accusée d’exploiter les données biométriques de ses utilisateurs pour concevoir des “modèles de visage“. Comme le rapportent nos confrères chez iPhoneSoft, le plaintif souhaite rester anonyme.

Pour le groupe Facebook, cette collecte et exploitation des données lui permet de renforcer ses capacités de reconnaissance faciale sur les nombreux produits qu’il vend, à partir des photos postées sur Instagram. Ainsi, les informations de plus de 100 millions d’utilisateurs Instagram sont stockées dans les bases de données de Facebook.

reels instagram
La fonctionnalité Reels sur Instagram / Source : Instagram

Les utilisateurs ne sont pas informés de la pratique de Facebook

L’affaire s’aggrave pour le réseau social de Mark Zuckerberg car en plus de collecter et d’exploiter ces données, Facebook les partagerait à des tiers sans que les utilisateurs n’en aient donné leur permission, et sans même les avertir.

C’est la raison pour laquelle une enquête a été ouverte aux Etats-Unis et est en cours pour s’assurer de la véracité des accusations portées à l’encontre du groupe.

Selon le média Bloomberg, si les accusations s’avèrent être vraies, Facebook pourrait subir un impact financier important en étant contraint de payer une amende de 1000 dollars par personne dont les données biométriques ont été exploitées. L’amende pourrait augmenter jusqu’à 5000 dollars si le juge reconnaît l’intention volontaire et l’imprudence du groupe Facebook vis à vis de cette exploitation des données biométriques.

Facebook réagit et dément toutes les accusations

Le réseau social a rapidement réagi face à ses accusations. Sa porte-parole, Stéphanie Otway, avance que les accusations sont fausses car Instagram n’utilise pas la reconnaissance faciale.

” Cette accusation est sans fondement. Instagram n’utilise pas la technologie de reconnaissance faciale.”

Stéphanie Otway, porte-parole de Facebook

Mais la position de Facebook est délicate, car le réseau social a déjà fait les frais d’une affaire similaire dans l’Illinois, qui accusait Facebook d’utiliser la reconnaissance faciale depuis l’application.

Et plus récemment, Instagram a été soupçonné d’utiliser en permanence la caméra des utilisateurs sous iOS. Les utilisateurs ont pu s’en apercevoir grâce à la nouvelle fonctionnalité déployée par Apple sous iOS 14 qui met en exergue les autorisations de fond octroyées aux applications. Le réseau social a démenti tout soupçon d’espionnage en assurant qu’il s’agissait d’un bug sous la bêta d’iOS 14.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires