L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
facebook

Facebook reste inactif face à la lutte contre la désinformation

Le réseau social de Mark Zuckerberg serait trop négligent en ce qui concerne la désinformation au niveau politique sur sa plateforme.

Une ancienne employée chez Facebook a fait de nombreuses révélations choquantes concernant le fonctionnement du réseau social en matière de désinformation liée à la politique.

Le média américain BuzzFeed a relayé une note de cette personne, Sophie Zhang, qui a travaillé trois ans dans l’entreprise comme data scientist et qui a récemment été licenciée. Elle détaille comment Facebook savait que les dirigeants de pays du monde entier utilisaient le réseau social pour manipuler les électeurs, et comment la plateforme n’a pas agi.

Au cours des trois années que j’ai passées sur Facebook, j’ai constaté de multiples tentatives flagrantes de la part de gouvernements nationaux étrangers d’abuser de notre plateforme à grande échelle pour tromper leurs propres citoyens, et qui ont provoqué des nouvelles internationales à plusieurs reprises. J’ai personnellement pris des décisions qui ont affecté les présidents nationaux sans aucun contrôle, et pris des mesures pour faire valoir tant d’éminents politiciens dans le monde que j’en ai perdu le compte.

Sophie Zhang

Facebook ne lutterait pas contre la désinformation

Pour l’ancienne employée du géant américain aux 2,7 milliards d’utilisateurs mensuels, le problème de la désinformation n’est pas pris au sérieux et serait même un phénomène global. BuzzFeed a partagé une partie de sa note interne de 6600 mots.

Sophie Zhang donne des exemples bien précis pour prouver ses propos, notamment le cas des faux comptes Facebook qui visaient à maintenir le parti en place en Azerbaïdjan et menaient une véritable campagne contre l’opposition. L’ex data scientist évoque également l’exemple du Honduras où le même mode opératoire a été utilisé pour manipuler les citoyens et ainsi maintenir le président au pouvoir.

Le réseau social américain supprime ces comptes mais la plupart du temps ils ré-ouvrent juste après et souvent leur objectif a déjà été atteint. En effet pour Sophie Zhang, Facebook ignore ou tarde à agir face aux preuves qui indiquent que de faux comptes sapent les élections et les affaires politiques dans le monde entier. Elle évoque également d’autres pays comme l’Inde, l’Ukraine, l’Espagne, le Brésil, la Bolivie et l’Equateur, où ces faux comptes Facebook de chefs de gouvernement et de partis politiques, influencent l’opinion publique en matière de politique.

Pour ce qui est des Etats-Unis, les élections présidentielles approchent à grands pas mais Facebook a annoncé l’interdiction des publicités politiques une semaine avant le vote, qui aura lieu le 3 novembre prochain…

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires