L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
5G france retard

5G : la France aurait 1 an et demi de retard selon Orange

L’opérateur historique avance que la France a un an et demi de retard sur le déploiement de la 5G. Retard essentiellement causé par la réticence d’élus locaux.

Durant la fin d’année 2020, les opérateurs de télécoms ont lancé leur 5G en France. SFR a ouvert le bal à Nice le 20 novembre, puis a été suivi par Bouygues Telecom le 1er décembre, Orange le 3 décembre et enfin Free le 15 décembre. Et à ce jour, plus de 7 500 sites 5G ont été activés par ces opérateurs en France, ce qui permet d’apporter le réseau de cinquième génération dans plus de 100 villes de l’Hexagone.

Mais le déploiement n’est pas totalement tranquille, puisque les maires de plusieurs villes – dont Paris, Lille et Grenoble – ont préféré attendre avant de donner le feu vert aux opérateurs pour lancer la 5G sur leur territoire. La raison principale de ce report de l’activation de la 5G repose sur les effets de la nouvelle technologie sur la santé des individus.

En effet, de nombreux élus de gauche et écologistes craignent que les ondes générées par le successeur de la 4G représentent un danger pour la santé. C’est notamment le cas de la mairie de Lille qui attendra la publication du rapport de l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire) à ce sujet d’ici le printemps 2021, pour autoriser la 5G dans sa ville.

Un déploiement contesté qui entraîne un retard d’un an et demi, selon Orange

Mais cette crainte de la 5G dans l’Hexagone ralentit considérablement le déploiement de la nouvelle technologie. Le patron d’Orange, Stéphane Richard, indique même que la France a un retard d’un an et demi sur la 5G par rapport à d’autres pays européens, comme l’avance le Journal du Dimanche.

Le PDG de l’opérateur historique a accordé une interview au JDD en fin de semaine dernière, dans laquelle il déplore le retard considérable accumulé par la France sur le déploiement du réseau de cinquième génération :

“La France part avec près d’un an et demi de retard dans le déploiement de la 5G. Il est difficile de savoir aujourd’hui si elle le rattrapera.”

Stéphane Richard, PDG d’Orange

Dans son entretien, Stéphane Richard dénonce une fois de plus la position prise par les élus sur la 5G. Déjà au mois de septembre dernier, il avançait qu’il n’y a que les écologistes français qui se montrent sceptiques au déploiement de la 5G : “Quand on dit ‘les écolos n’aiment pas la 5G’, c’est pas vrai : les écolos californiens ou scandinaves aiment la 5G, ce sont certains écolos français qui ont un problème avec la 5G”.

Plus récemment encore, le Haut Conseil pour le Climat a publié un rapport sur les effets néfastes de la 5G pour l’environnement. Et le patron de l’opérateur historique avait ouvertement rejeté les accusations portées par le HCC dans son rapport, qui selon lui ne sont pas fondées.

Un retard irrattrapable ?

Pour l’heure, le PDG d’Orange ignore si la France sera en mesure de rattraper le retard cumulé sur le déploiement de la 5G. Mais il ne manque pas de défendre les bienfaits de la nouvelle technologie de télécommunications dès que l’occasion se présente.

Dans de précédents entretiens, Stéphane Richard avançait en effet que la 5G entraînerait une réduction des émissions de gaz à effet de serre, et permettrait d’éviter la saturation du réseau 4G, qui selon lui est relativement proche.

“Nous ne sommes en effet pas vraiment en avance dans le déploiement de cette technologie. Outre des problèmes de fond, la chronologie des derniers mois apporte une explication aux crispations récentes. La 5G est en effet devenue, au printemps de 2019, un thème de campagne pour les élections municipales, ce qui n’a pas facilité les choses, au contraire. Alors que les autorisations avaient été enfin accordées aux opérateurs.”

Stéphane Richard, PDG d’Orange
Total
3
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires