L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
honor qualcomm 5G

Un groupe de politiciens américains veut que Honor soit à nouveau sur liste noire

Plusieurs hommes politiques du parti Républicain des Etats-Unis veulent remettre Honor sur liste noire pour que la marque soit à nouveau impactée par les sanctions américaines comme Huawei.

En novembre dernier, Huawei a vendu son ancienne marque fille Honor. Depuis ce jour, Honor est devenue une marque indépendante, et n’est plus impactée par l’embargo américain dont fait face Huawei depuis mai 2019.

Et l’ancienne filiale de Huawei en a bien profité ! Elle a présenté plusieurs nouveaux smartphones sur le marché : les Honor 50 et bientôt le Honor Magic 3 et le Honor X20, qui sera présenté le 12 août prochain. Ce dernier sera d’ailleurs lancé à l’international et intègrera les services Google, chose dont les derniers smartphones Huawei sont privés depuis un bon moment.

Honor pourrait à nouveau subir les conséquences de l’embargo américain

Mais cela pourrait ne pas durer éternellement. Un groupe de politiciens du parti des Républicains aux Etats-Unis souhaite inscrire à nouveau Honor dans sa liste noire. Ce groupe est composé de 14 représentants Républicains à la Chambre des représentants, qui ont exprimé leur souhait au département du Commerce il y a quelques jours.

Pour rappel, les entreprises présentes dans cette fameuse Entity List ne peuvent plus collaborer avec toutes entreprises américaines. Elles sont aussi dans l’impossibilité d’acheter des composants issus de technologies américaines à des fournisseurs étrangers.

Selon ces représentants, Huawei a vendu Honor “dans le but d’échapper aux politiques américaines de contrôle des exportations destinées à empêcher que les technologies et les logiciels américains ne tombent entre les mains du Parti communiste chinois”, écrivent-ils dans leur lettre. Ils poursuivent en expliquant que grâce à la revente, Honor a eu accès au semiconducteurs et logiciels états-uniens.

Le département du Commerce des Etats-Unis a accusé réception de cette lettre en avançant que le gouvernement “examine continuellement les informations disponibles pour identifier les ajouts potentiels à l’Entity List”.

Honor a déjà relancé ses partenariats avec des entreprises américaines

La séparation entre Huawei et Honor a permis à l’ancienne marque fille de renouer ses partenariats avec Qualcomm et Intel pour concevoir de nouveaux smartphones. Mais cette sortie de l’Entity List de Honor n’inspire pas confiance au 14 représentants Républicains.

A ce stade, on ignore si la démarche mise en place par le groupe de politiciens sera bien mise en place dans un avenir proche. Pour rappel, Huawei figure dans cette liste noire essentiellement en raison de ses activités sur les infrastructures 5G. Néanmoins, il s’agit d’un domaine dans lequel Honor n’est pas présent.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires