L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile
gina raimondo

Huawei : Joe Biden pourrait lever les restrictions imposées par Trump

L’administration Biden réfléchirait à lever l’embargo imposé à Huawei par Donald Trump. La demande émane de la future Secrétaire au commerce des Etats-Unis.

Serait-ce la fin du calvaire pour Huawei ? Depuis le mois de mai 2019, le géant chinois se voit dans l’impossibilité de collaborer avec toute société américaine, dont Google et Qualcomm. Le gouvernement Trump avait en effet imposé un embargo à son encontre en l’accusant d’espionnage pour le compte de la Chine. Et les conséquences sont désastreuses pour le constructeur.

Huawei s’est en effet retrouvé dans l’impossibilité de proposer les services Google sur ses appareils, et a donc été contraint de créer les siens en plusieurs mois de développement (Huawei Mobile Services, Petal Maps, Petal Search, HarmonyOS, AppGallery…). Le constructeur n’a également plus été à même de faire appel au fondeur TSMC pour concevoir ses processeurs Kirin.

Le gouvernement Biden va réexaminer le cas Huawei

Mais les choses pourraient bientôt changer. La semaine dernière, le nouveau président des Etats-Unis Joe Biden est officiellement entré au pouvoir. Et sa nouvelle administration envisage de se pencher sur le dossier Huawei et potentiellement lever les restrictions en cours.

Lors de sa séance de confirmation de poste au Sénat, la future Secrétaire au commerce des Etats-Unis Gina Raimondo a indiqué qu’elle réétudiera le dossier du géant chinois et qu’un retour sur le sol américain pourrait se faire, comme l’indique Reuters. Elle a toutefois souligné qu’elle fera preuve de beaucoup de prudence avant de prendre toute décision :

“Nous allons réexaminer notre politique, vous consulter vous (les sénateurs), consulter l’industrie, nos alliés et évaluer ce qui sera le mieux pour la sécurité nationale et l’économie.”

Gina Raimondo

Huawei pourrait alors, dans le meilleur des scénarios, revenir à une activité normale collaborant de nouveau avec les sociétés américaines. La firme pourrait également déployer des antennes sur le sol américain comme auparavant.

Un éventuel retour qui fait débat

Le retour à une activité normale serait pour Huawei une étape essentielle pour redynamiser son activité, qui a extrêmement souffert durant ces 18 derniers mois. Et les effets s’en ressentiront principalement cette année : des analystes estiment que Huawei pourrait chuter à la 7ème place des constructeurs de smartphones.

Mais bien qu’il ne soit qu’une éventualité à l’heure actuelle, le retour du géant chinois aux Etats-Unis est vivement critiqué par certains sénateurs. La plupart sont du parti Républicain, comme le sénateur Ben Sasse qui, selon Reuters, a avancé que Huawei était toujours la marionnette du parti communiste chinois, représentant alors une menace pour la sécurité nationale. La future Secrétaire au commerce a alors insisté sur le fait qu’elle prioriserait l’intérêt des américains avant tout : “Je vais utiliser tous les outils à ma disposition pour protéger les américains et nos installations de toute interférence chinoise”.

Une lueur d’espoir donc pour Huawei, mais rien n’est encore sûr à ce stade. La réexamination du dossier ne garantit en effet pas le retour du géant chinois aux Etats-Unis, et il pourrait toujours être considéré comme une menace pour la sécurité nationale.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires