L'actualité des smartphones, des apps et des forfaits mobile

Bilan de l’année 2020 : lancement de la 5G, TousAntiCovid, écrans pliables, Fortnite, TikTok…

L’année 2020 aura été chargée du côté des smartphones, avec le lancement de la 5G, l’app de lutte contre la Covid-19, les smartphones pliables et les affaires judiciaires… Voici le bilan de l’année 2020 !
smartphone
Photo ROBIN WORRALL – Unsplash

2020 nous en aura fait voir de toutes les couleurs ! De nombreuses personnes dans le monde ont été touchées par la pandémie du Coronavirus, et rares sont les secteurs professionnels qui n’ont pas été impactés par la crise. Celui de la Tech en fait partie, et il s’en est passé des événements dans ce domaine en cette année si particulière…

Retour sur les grands moments de 2020 dans le monde du mobile !

Le lancement de la 5G en France

5G

Pendant plusieurs mois, les acteurs de la filière télécoms ont préparé l’arrivée de la 5G en France. Plusieurs étapes clés ont eu lieu afin que le réseau de cinquième génération devienne une réalité dans l’Hexagone.

Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ont tous obtenu un bloc de 50 MHz chacun, pour 350 millions d’euros par bloc.

Les enchères

Fin septembre, les enchères pour l’attribution des blocs supplémentaires de 10 MHz ont eu lieu. Celles-ci ont été décalées de plusieurs mois par l’Arcep, le régulateur des télécoms, en raison de la pandémie actuelle. Après trois jours de négociations et près de 2,8 milliards d’euros dépensés par les opérateurs pour l’État, voici comment les blocs ont été répartis parmi les opérateurs :

OrangeSFRBouygues TélécomFree
Nombre de blocs de 10 MHz4322
Total fréquences90 MHz80 MHz70 MHz70 MHz
Somme dépensée (en comptant le bloc de 50 MHz)854 M€728 M€604 M€604 M€
Répartition des blocs de 10 MHz entre les opérateurs suite aux enchères du 29 septembre

Suite à cela, ont eu lieu les enchères de positionnement visant à placer les opérateurs dans le spectre des fréquences de la 5G. Orange s’est placé dans les fréquences les plus hautes, suivi de Free, SFR et Bouygues Telecom.

-> Tout savoir sur les enchères pour l’attribution des antennes 5G

Le lancement des forfaits compatibles 5G

Une fois les enchères terminées, les opérateurs ont rapidement annoncé leurs offres mobile compatibles au réseau de cinquième génération. Bouygues Telecom a ouvert le bal en juin, avant même la tenue des enchères, en affichant cinq forfaits Sensation compatibles 5G sur son site.

L’opérateur a été suivi par Orange qui a lancé ses quatre forfaits 5G au mois d’octobre, puis Coriolis qui en a lancé trois, et enfin SFR avec quatre forfaits similaires à ceux d’Orange au mois de novembre. Chez Orange et SFR, le tarif des forfaits 5G sont légèrement au-dessus des forfaits 4G mais proposent une enveloppe data plus importante. Bouygues Telecom a simplement rendu ses forfaits Sensation 4G compatibles avec la 5G, sans modifier leur tarif ou l’enveloppe data incluse.

Puis les opérateurs low-cost (B&You et RED by SFR) et enfin Free se sont lancés dans la 5G en lançant leurs offres à petit prix.

-> Article complet sur les forfaits 5G déjà disponibles en France

Ouverture des réseaux 5G dans plusieurs grandes villes

Après avoir dévoilé leurs offres 5G, les opérateurs ont ouvert à tour de rôle leur réseau 5G dans plusieurs grandes villes françaises. SFR a ouvert le bal à Nice le 28 novembre dernier et envisage une couverture 5G dans 120 communes courant décembre 2020. Bouygues Telecom a suivi de près le 1er décembre dans 20 communes, puis Orange le 3 décembre dans 15 villes. Enfin, Free Mobile a ouvert son réseau à près de 40% de la population française le 15 décembre 2020.

Les opérateurs comptent étendre leur couverture 5G dans l’Hexagone en 2021 et apporter la nouvelle technologie de télécommunications au plus grand nombre d’habitants possible.

TousAntiCovid : l’application française pour lutter contre la Covid-19

tousanticovid

La pandémie du Coronavirus a malheureusement impacté le monde entier et de nombreux secteurs ont été touchés notamment celui de la Tech. De nombreux événements ont été ou vont être annulés comme le prochain CES 2021, et les lancements de certaines séries de smartphones ont été repoussés à plus tard.

Dans ce contexte particulier de crise sanitaire, et pour lutter contre l’épidémie en France, le gouvernement a décidé (après moult rebondissements) de lancer une application mobile d’abord sous le nom de StopCovid, début juin. Celle-ci, disponible sur l’App Store et le Play Store, est une app de « contact tracing » qui fonctionne sur la technologie Bluetooth pour détecter un smartphone à proximité et ainsi établir de manière anonyme, que plusieurs personnes se sont croisées. Elle indique alors aux utilisateurs de l’app lorsqu’ils ont été en contact avec un malade, pour inviter à se faire tester et se confiner.

Puis une grosse mise à jour de StopCovid a été lancée mi octobre, avec une nouvelle interface, de nouvelles fonctionnalités et une utilisation plus simple. Cette nouvelle version baptisée TousAntiCovid prend désormais en compte les contacts à moins d’un mètre pendant au moins 5 minutes, et les contacts à moins de 2 mètres pendant au moins 15 minutes.

Lors du deuxième confinement qui a commencé fin octobre, l’application TousAntiCovid permettait également de télécharger son attestation de déplacement. Celle-ci était obligatoire pour toute sortie jusqu’au 15 décembre, date à laquelle le Président de la République a annoncé le déconfinement. Mais un couvre-feu a depuis été mis en place de 20h à 6h, période durant laquelle une attestation est obligatoire pour tout déplacement.

Alors qu’elle peinait à séduire les français pendant longtemps et que la première version aura coûté près de 6,5 millions d’euros à la France, l’application a franchi la barre des 10 millions de téléchargements fin novembre. Mais pour être vraiment utile, il en faudrait 15 millions.

L’arrivée des smartphones pliables

Et oui les pliables ont fait leur grand retour cette année ! Motorola était le pionnier en la matière avec son fameux Razr, un téléphone à clapet sorti en 2004. Il a remis ça en 2019 avec la sortie d’un nouveau Razr puis il a lancé cette année une version améliorée de ce smartphone à clapet, avec la compatibilité 5G, pour le tarif de 1600 euros. Mais ce n’est pas le seul fabricant à s’être (re)lancé dans l’aventure des pliables puisque Samsung et Huawei ont également proposé des smartphones du même genre.

Commençons par Samsung. La marque sud-coréenne a lancé cette année le très attendu Galaxy Z Fold 2 5G qui succède au Galaxy Fold sorti en 2019. Le Z Fold 2 a un design des plus originaux puisqu’il s’ouvre à la manière d’un livre, et c’est certainement l’un des meilleurs pliables du marché à l’heure actuelle mais on reste tout de même dans le haut gamme avec un prix de 2020 euros. Samsung a également lancé un smartphone à clapet, le Galaxy Z Flip, à 1510 euros,disponible aussi en version améliorée et compatible 5G. Le fabricant semble vouloir continuer à proposer des pliables car il préparerait plusieurs modèles pour 2021.

Galaxy Z Fold 2 et Galaxy Z Flip
Le Galaxy Z Fold 2 (en haut) et le Galaxy Z Flip (en bas) – Source : Samsung

Passons maintenant à Huawei. La marque chinoise a annoncé le Mate X en 2019, puis une déclinaison améliorée baptisée Mate Xs est sortie cette année. Ce smartphone pliable possède de sérieux atouts et a fait ses preuves auprès des utilisateurs, mais on est encore dans le très haut de gamme avec un tarif de 2500 euros. Le fabricant prépare désormais le Mate X2 qui pourrait être annoncé très prochainement ; il aurait un design différent et encore plus de performance. Sachez aussi que le marché du pliable intéresse aussi l’américain Apple, qui testerait un iPhone pour une sortie en 2022.

Les écrans enroulables sont également de la partie

Vous pensiez que les marques allaient s’arrêter là ? Et bien non car cette année aura vu l’apparition des smartphones à écrans… enroulables !

TCL avait ouvert le bal en début d’année avec deux concepts de smartphones : un modèle avec un écran coulissant, et un autre avec un design à trois volets. Et la marque a récemment présenté en vidéo un smartphone enroulable des plus innovants. Après avoir dévoilé un smartphone avec écran rotatif, le LG Wing, le fabricant LG va lui aussi faire preuve d’originalité en lançant prochainement un smartphone à écran enroulable.

oppo x 2021
Oppo X 2021 – Source : Weibo

Oppo s’est également lancé dans l’aventure avec l’Oppo X 2021 annoncé en novembre 2020. Ce smartphone avec un écran OLED enroulable de 6,7 pouces peut s’étendre jusqu’à 7,4 pouces pour se transformer en mini tablette, et il peut même se déplier partiellement. Les écrans enroulables plaisent aux constructeurs et même Samsung préparait un tel concept. L’industrie du smartphone n’a donc pas fini de nous étonner et ne cesse de pousser l’innovation toujours plus loin…!

Fortnite et TikTok, cibles d’affaires judiciaires

L’année 2020 aura aussi été marquée par deux grandes affaires judiciaires : une opposant Apple à Epic Games et l’autre TikTok à l’administration Trump.

L’affaire Fortnite

Fortnite
Fornite vs. Apple – Source : Epic Games

Vous vous souvenez forcément de l’affaire Fortnite qui a opposé cet été le studio américain Epic Games, contre le géant à la pomme et son App Store ?

Pour rappel, l’éditeur de Fortnite, Epic Games, avait poursuivi Apple au mois d’août suite au retrait de son célèbre jeu du magasin d’applications d’Apple. La firme de Tim Cook avait en effet pris cette décision car elle estimait qu’Epic Games avait enfreint ses règles en contournant le système de paiement d’achats in-app, et cela en toute connaissance de cause. Ce système de commission n’était pas au goût d’Epic, mais en contournant les règles imposées sur le store, cela empêchait Apple de prendre sa commission de 30% à chaque achat.

Suite au retrait de Fortnite sur l’App Store, le studio américain avait donc demandé une injonction préliminaire pour rétablir son jeu vidéo sur le store, mais cette demande avait été rejetée… L’affaire est pourtant loin d’être terminée et a connu de nombreux rebondissements au cours de l’été mais aussi en cette fin d’année.

Epic Games contre-attaque

Prêt à tout pour prouver qu’Apple abuse de sa position dominante et utilise des pratiques anti-concurrentielles, Epic Games avait rallié des entreprises à sa cause et un véritable mouvement s’était lancé. Le studio avait d’ailleurs sorti une vidéo et un tournoi contre Apple, baptisé FreeFortnite, qui parodiait la Pomme et critiquait sa position dominante.

L’éditeur du jeu américain, qui s’était voulu transparent en fournissant 16.000 pages de ses propres fichiers à Apple, était même allé jusqu’à demander d’accéder aux mails de Tim Cook et de Steve Jobs.

Le tribunal fait entendre raison à Apple

En tout cas, il a été décidé en justice qu’Apple pouvait continuer le blocage de Fortnite sur son store, son retour sur iOS n’est donc pas pour tout de suite malgré les demandes d’Epic. Plus récemment, l’éditeur a décidé de déposer une nouvelle plainte contre Apple en Australie, dans le but de faire condamner la marque à la pomme pour abus de position dominante et pratiques anti-concurrentielles.

L’affaire opposant Epic Games et Apple n’est alors pas prête de se terminer et devrait être jugée au mois de mai 2021.

L’affaire TikTok

tiktok
L’affaire TikTok vs. les Etats-Unis

Autre grande affaire de l’année 2020 dans le monde des smartphones : TikTok vs. les USA.

Elle a commencé le 14 août 2020, date à laquelle l’administration Trump a signé un décret présidentiel selon lequel TikTok représente “une menace pour la sécurité nationale”. Ce décret menace alors d’interdire l’application chinoise du sol américain si celle-ci ne vend pas ses activités américaines à une entreprise états-unienne.

Les négociations entamées par ByteDance

La firme chinoise, qui compte plus de 100 millions d’utilisateurs dans le pays de l’Oncle Sam, a alors entamé des négociations avec plusieurs sociétés américaines, dont Microsoft, Twitter et Netflix. ByteDance a finalement choisi l’offre proposée par Oracle et Walmart et signé un contrat avec eux. Ce contrat stipulait la création d’une nouvelle entité basée aux Etats-Unis appelée TikTok Global, dans laquelle Oracle serait le partenaire technologique et Walmart le partenaire commercial. Mais ce contrat n’a pas été approuvé par l’administration Trump, qui estimait que ByteDance gardait encore trop de parts dans la nouvelle entité.

Une affaire qui traîne

Depuis, le gouvernement états-unien n’a cessé de rallonger les délais accordés à la maison-mère de TikTok, de semaine en semaine. Le dernier date du 4 décembre 2020 : il a été accordé par le Comité pour l’investissement étranger aux Etats-Unis, le CFIUS. Ainsi, le Département américain du Trésor “s’engage avec ByteDance pour mener à bien le désinvestissement et les autres mesures nécessaires pour résoudre les risques de sécurité nationale conformément au décret présidentiel du 14 août.” ByteDance aurait fait une proposition au gouvernement américain et celle-ci serait en train d’être étudiée par l’administration Trump.

L’avenir de TikTok aux Etats-Unis reste alors flou, malgré des mois de négociations. Il se pourrait même que le nouveau Président des USA Joe Biden hérite de cette affaire, et que les actions en cours puissent drastiquement changer. Affaire à suivre en 2021 donc…

Joyeuses fêtes !

Bref, l’année 2020 aura été riche en rebondissements ! Toute l’équipe d’Actu Smartphone vous souhaite de belles fêtes de fin d’année ! 🎊

champagne Steven Cox
Image par Steven Cox – Pixabay
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires